Archive

Articles taggués ‘microcredit’

Le Libé des solutions en Kiosque à partir du 24 décembre

23/12/2009

Pour la troisième année consécutive, le quotidien Libération s’associe à l’agence de presse Reporters d’espoirs et à MSN Actions solidaires pour délivrer de l’information “apporteuse de solutions” dans son Libé des solutions.

Libe-des-solutions 2010Au sommaire du numéro disponible du 24 au 28 décembre : microcrédit, lutte contre l’exclusion, mise en œuvre de projets éducatifs et culturels pour contribuer à l’autonomie et l’insertion des individus, etc. Et à l’étranger : Rupert Voss, qui réunit jeunes délinquants et chefs d’entreprises allemands sur des rings de boxe; Takao Furuno, qui invente un système de riziculture biologique ” made in Japan”; Shahnaz Bukhari, qui, au Pakistan, offre une assistance juridique aux femmes brûlées, victimes de “crime d’honneur”…

Vous l’aurez compris, avec cette publication Libération met à l’honneur les initiatives d’économie solidaire et d’entrepreneurs sociaux. C’est rare venant d’un quotidien national. Ne passez pas à côté !

  • Share/Save/Bookmark

Médias , , ,

ACEM ou l’investissement éthique à la québécoise

10/09/2009

Logo-ACEMQuel est le point commun entre L’Autre Montréal, collectif d’animation urbaine et touristique, La Nésamarie, salon de beauté montréalais, et Interim-Santé, agence de placement dans le domaine de la santé ? Tous ont bénéficié d’un prêt et d’un accompagnement de la part d’ACEM, Association Communautaire d’Emprunt de Montréal. Depuis 20 ans, cette association octroie des crédits à des personnes à faible revenu ou à des organismes communautaires pour les aider à développer un projet entrepreneurial. L’objectif : lutter contre la pauvreté et l’exclusion.

« ACEM a été créée à la fin des années 1980 pour offrir du capital de développement économique aux personnes pauvres et aux quartiers dévitalisés, explique Anne Kettenbeil, Directrice exécutive de l’association. A cette époque, chercheurs et animateurs communautaires menaient une réflexion collective pour trouver des solutions aux situations de précarité dans le quartier du Grand Plateau ».

Depuis, ACEM n’a pas chômé : elle a appuyé plus de 200 projets générateurs d’emplois ou de services locaux. Concrètement, cet appui prend la forme de microcrédits allant jusqu’à 20 000 $. « Mais le microcrédit ne représente qu’une partie de nos activités précise Anne Kettenbeil. Nous accordons également des prêts ‘ponts’ de 50 000 $ et proposons un suivi et un accompagnement personnalisés avant, pendant et après la mise en place des projets ».

Les initiatives soutenues par ACEM évoluent sur de nombreux secteurs d’activités (services, culture, environnement…) et sont en général mises sur pieds par des personnes davantage exposées à la précarité : femmes, jeunes ou encore personnes immigrantes. ACEM accorde également des prêts à des entreprises d’économie sociale ainsi qu’à des organismes communautaires. « Tous les projets appuyés par ACEM doivent avoir un impact social positif », résume Anne Kettenbeil.

Une source de crédits enracinée dans la communauté
L’originalité d’ACEM réside aussi dans la constitution de son capital. Ainsi, les fonds utilisés pour financer les prêts proviennent directement de « simples » citoyens soucieux de réaliser des investissements socialement responsables, de fondations, d’organismes religieux, ou encore de syndicats… Et c’est très certainement ce qui fait la force de l’association. « Les personnes auxquelles nous accordons des prêts savent que l’argent est issu de la communauté, explique la Directrice exécutive. Nous travaillons tous dans une logique de partenariat et de solidarité». D’ailleurs, les personnes soutenues par l’association financent indirectement d’autres projets : l’argent généré par le remboursement des emprunts des crédits est directement réinjecté dans d’autres initiatives. On comprend donc pourquoi le taux d’intérêt des prêts – qui est fixé à 10% – est ici appelé « taux de solidarité ».

Encadré RQCCEt la pérennité des initiatives appuyées par ACEM dans tout ça ? « Les entreprises financées par l’association ont un taux de survie important grâce à l’accompagnement que nous leur offrons, explique Anne Kettenbeil. Mais le développement d’une entreprise n’est qu’un moyen pour lutter contre l’exclusion, rappelle-t-elle. La création d’entreprise doit permettre d’acquérir de l’expérience, de développer des compétences et de renforcer l’estime de soi. Si quelqu’un décide d’abandonner son entreprise pour regagner le marché du travail en tant que salarié, pour nous, cela reste un succès ». Des propos à contre-courant ? Peut-être… mais ils traduisent surtout un positionnement qui a su démontrer toute sa pertinence au fil des années : depuis sa création, ACEM a accordé plus de 2 millions de dollars de prêts, créant et maintenant ainsi plus de 700 emplois.


Pour en savoir plus sur ACEM, rendez-vous sur son site web et visionnez l’interview d’Anne Kettenbeil :

Regardez également le reportage sur l’association diffusé sur CBC :

Screen-Shot-CBC

Pour plus d’informations sur le crédit communautaire :

  • Share/Save/Bookmark

Finance solidaire, québec , , , ,

Spots de pub humouristiques pour le microcrédit

02/06/2009

La semaine du 2 juin est placée sous le signe de la com’ pour l’Adie. A l’occasion de la deuxième édition de la Semaine du microcrédit et du lancement officiel d’Adie Connect, l’Association pour le droit à l’initiative économique prend la parole dans la presse et à la télé.

Réalisée par l’agence Young & Rubicam, la campagne de pub se compose de 4 annonces presse et de 2 spots télés. Le principe : mettre en scène de façon humoristique des chefs d’entreprise médiatiques (Michel Pébereau, Franck Riboud, Malamine Koné ou encore Pierre Kosciusko-Morizet…) dans leur vie quotidienne.

La Baseline est simple et efficace : ” Les patrons sont des gens comme vous, alors pourquoi ne pas faire comme eux ? “.
 

  • Share/Save/Bookmark

Campagnes de com ,

Lancement imminent d’Adie Connect, plateforme de microcrédits en ligne

04/05/2009

adie-connectOn peut le lire çà et  : l’Adie va lancer très prochainement Adie Connect, plateforme online qui permettra aux personnes en situation de précarité de souscrire à un microcrédit en ligne afin de créer leur propre activité. Les crédits qu’octroiera Adie Connect ne dépasseront pas les 2000 €. Pour les microcrédits plus importants, le communiqué de presse indique que le site « orientera directement les créateurs vers l’agence Adie la plus proche de leur domicile ».

Au-delà de l’octroi de prêts, Adie Connect proposera des outils pratiques pour la gestion d’entreprise, ainsi que la liste des formations organisées dans le réseau Adie. L’objectif : « permettre aux créateurs de disposer enfin d’un accès simplifié à une offre complète, et de pouvoir dénicher à chaque instant la bonne information à un seul endroit ».

A noter également, le volet communautaire qu’entend développer Adie Connect et qui devra « agréger une communauté de créateurs financés grâce aux microcrédits afin d’échanger leurs bonnes pratiques et leurs expériences ». La communauté permettra également « de mobiliser les individus sensibles aux problématiques liées au microcrédit, afin de créer un comité de soutien autour du microcrédit et de sa pertinence comme solution au problème de l’emploi ».

Plus d’informations dès le lancement officiel du site (qui devait se faire en avril, mais qui est finalement annoncé pour le mois de mai).

  • Share/Save/Bookmark

Actions solidaires, web 2.0 , , ,