Archive

Archives pour 12/2009

Le Libé des solutions en Kiosque à partir du 24 décembre

23/12/2009

Pour la troisième année consécutive, le quotidien Libération s’associe à l’agence de presse Reporters d’espoirs et à MSN Actions solidaires pour délivrer de l’information “apporteuse de solutions” dans son Libé des solutions.

Libe-des-solutions 2010Au sommaire du numéro disponible du 24 au 28 décembre : microcrédit, lutte contre l’exclusion, mise en œuvre de projets éducatifs et culturels pour contribuer à l’autonomie et l’insertion des individus, etc. Et à l’étranger : Rupert Voss, qui réunit jeunes délinquants et chefs d’entreprises allemands sur des rings de boxe; Takao Furuno, qui invente un système de riziculture biologique ” made in Japan”; Shahnaz Bukhari, qui, au Pakistan, offre une assistance juridique aux femmes brûlées, victimes de “crime d’honneur”…

Vous l’aurez compris, avec cette publication Libération met à l’honneur les initiatives d’économie solidaire et d’entrepreneurs sociaux. C’est rare venant d’un quotidien national. Ne passez pas à côté !

Médias , , ,

L’Itinéraire en campagne

23/12/2009

logo-itineraireJe n’ai pas encore eu l’occasion (mais surtout le temps) de consacrer un billet à l’Itinéraire. Pourtant ce groupe d’économie sociale est sans doute l’un des plus actifs (et l’un des plus visibles) de Montréal. Sa mission est “d’accroître l’autonomie, le savoir et la créativité des personnes qui connaissent des difficultés liées à la marginalité et à l’itinérance”.

pub itineraireSon produit “phare” est le magazine l’Itinéraire, qui est un journal de rue – un peu comme Macadam, en France – dont l’objectif est de permettre aux SDF, toxicomanes et sans emploi de se réinsérer socialement (par la vente du magazine, mais également par la rédaction d’articles, du coaching et un accompagnement psychosocial). Le magazine papier a son pendant numérique avec le magDVD Le 3e Œil qui permet à des jeunes de la rue âgés entre 18 et 30 ans de se réinsérer par le multimédia. A cela vient s’ajouter le Café L’Itinéraire qui est considéré comme la porte d’entrée du Groupe. Les personnes en difficultés peuvent venir y manger à peu de frais (4$ pour un repas complet).

Si je parle de l’Itinéraire aujourd’hui c’est qu’il vient de lancer une campagne de publicité à l’occasion de ses 15 ans. Le Groupe a en effet fait appel à une prestigieuse agence de pub montréalaise (l’agence Bos) pour prendre la parole en télé, en presse et sur les murs de la métropole québécoise. Le résultat : des annonces simples, efficaces et positives signées “Faites un bout de chemin avec nous!“. Notons que si le Groupe a pu s’offrir cette campagne pluri-media c’est qu’il est particulièrement actif pour accroître sa capacité d’autofinancement (collecte de fonds, vente d’espaces publicitaires, produits dérivés, etc.).

Je vous laisse juger de la campagne télé :

Campagnes de com, québec , , ,

Google offre 20 millions de dollars aux associations pour Noël

23/12/2009

googlePour la période des fêtes, le géant du net fait de la communication solidaire à sa manière. Il annonce sur un site dépouillé et assez mystérieux (pour ne pas dire mystique) qu’il “affecte 20 millions de dollars pour aider ceux qui nous aident tous”. Montant de l’aide : 20 millions de dollars.

Et voici la liste des 25 heureux bénéficiaires de ce giga-don :

  • Feeding America
  • Boys and Girls Clubs
  • Smile Train
  • CARE, Mothers Matter
  • World Wildlife Fund, Natural Capital Project
  • Mobile Creches
  • Prajwala
  • HEAL Africa
  • African Institute for Mathematical Sciences
  • The Mango Tree
  • National Center for Missing and Exploited Children
  • Harlem Children’s Zone
  • Save the Children, Latin America focus
  • Reporters sans frontières
  • Witness
  • Loud Against Nazis
  • Global Voices
  • Ushahidi
  • Save the Children, Middle East and Eurasia focus
  • Grupo Cultural Afro Reaggae
  • Ashesi University College, Ghana
  • Pratham
  • Australian Indigenous Mentoring Experience
  • Shin Shin Educational Foundation
  • Tzu Chi Foundation

Si on fait le calcul et que toutes les associations reçoivent la même somme, le montant unitaire devrait atteindre les 800 000 dollars… un très beau cadeau de Noël ! En revanche, petite question : comment ont été sélectionnées ces organisations ?

google-20-millions

Actions solidaires, Campagnes de com, web 2.0 , ,

Pour un Noël écologique et… solidaire !

22/12/2009

Noel solidaireCette année encore, le Chantier de l’économie sociale et Equiterre, organisme de défense de l’environnement se sont associés pour promouvoir l’idée d’un Noël responsable et solidaire. Le but cette campagne commune est simple : aider les citoyens à fêter Noël en consommant mieux… et moins. Les deux organismes nous proposent ainsi des trucs et astuces pour réduire notre impact environnemental pendant les fêtes de fin d’année et nous orientent vers des entreprises d’économie sociale pour nos achats de Noël.

Le site Internet d’Équiterre présente de son côté une foule d’idées de cadeaux écologiques, équitables et solidaires; des tuyaux pour décorer et emballer autrement, et des conseils pour recevoir à la maison de façon responsable.

Le Chantier de l’Economie sociale propose quant à lui une panoplie d’idées cadeaux en provenance directe d’entreprises collectives et sans but lucratif par l’intermédiaire du site www.achetersolidaire.com.

Cette campagne est à mon sens très efficace puisqu’elle permet de sensibiliser très concrètement le grand-public à l’économie sociale et solidaire (et accessoirement d’intéresser les médias). Pas besoin de faire appel à des concepts complexes pour expliquer ce qu’est l’ESS : les exemples et idées cadeaux donnés par le Chantier parlent d’eux-mêmes. Ils montrent bien que les entreprises d’économie sociale et solidaire exercent dans tous les secteurs d’activités et qu’il est possible de se tourner vers elles pour mieux consommer…

Pour en savoir plus :
Rendez-vous sur le
site de la radio CIBL pour écouter l’interview de Jacques Hérivault, responsable des communications stratégiques au Chantier de l’économie sociale, et d’Amélie Ferland, chargée de projet aux communications et responsable à la consommation responsable chez Équiterre.

Actions solidaires, Campagnes de com, québec , ,

Ecto concilie coworking et coopérative

02/12/2009

AccueilLe Québec compte plus de 500 000 travailleurs autonomes. Même si ce statut inspire souvent admiration et alimente beaucoup de fantasmes (ah… la figure de l’entrepreneur !), la vie de ces travailleurs indépendants n’est pas toujours rose. Ces « SBF » – pour « Sans Bureau Fixe » – sont souvent confrontés à l’isolement professionnel. Ajoutez à cela des espaces de travail souvent mal adaptés à leurs activités – puisqu’ils travaillent souvent de leur domicile – des réunions improvisées au café du coin et la paperasserie administrative à gérer et vous constaterez que la vie du SBF n’est pas tous les jours facile. C’est pour améliorer le quotidien des travailleurs autonomes et favoriser leurs interactions qu’a été créée ECTO. Découverte de cet espace de coworking ET coopérative de solidarité sur communication-solidaire…

Ouvert depuis quelques mois, ECTO est un lieu de coworking, ou en bon français, un espace de travail partagé. Situé en lieu et place de l’ancienne phonothèque de Montréal, en plein cœur du Plateau Mont-Royal, ECTO propose des équipements et des services (salle de réunion, Internet, impressions, rangements et même café et muffins !) à des travailleurs autonomes, des consultants, des représentants… bref à tous ces « travailleurs nomades urbains » qui n’ont pas de lieu de travail fixe. Espace entièrement modulable et ouvert, meubles ergonomiques, cuisine chaleureuse, canapés confortables… tout est fait pour accueillir de façon optimale le « SBF » esseulé.

Coin cosyECTO n’est pas le premier espace de coworking à Montréal et au Québec, mais c’est bien le seul à avoir opté pour le modèle coopératif. « Pour nous, il a toujours été clair qu’ECTO serait une coop, ça ne pouvait être autrement » explique Samantha Slade, co-fondatrice d’ECTO et de Percolab, entreprise sociale. « Dès les premières réunions de travail, les créateurs d’ECTO se sont retrouvés autour de valeurs comme la démocratie, l’ouverture ou encore la transparence » ajoute Diane Ouellet, elle aussi co-fondatrice de la coop. Des valeurs qui convergeaient toutes vers le modèle coopératif et son mode de gouvernance partagé. Dès les prémices d’ECTO, les fondateurs choisissent d’ailleurs d’ouvrir les réflexions au plus grand nombre en créant un wiki sur internet où chacun peut apporter ses propres idées et contributions.

Poètes, philosophes et designers
Deux ans après le lancement de ce wiki, ECTO a ouvert ses portes et compte aujourd’hui plus de 20 membres utilisateurs. Car pour pouvoir utiliser l’espace d’ECTO, il faut bien entendu devenir membre de la coop. « Cela rend le travailleur socialement responsable » souligne Diane. Pour être en phase avec ses valeurs, ECTO refuse de se positionner sur un secteur professionnel spécifique comme peuvent le faire d’autres espaces de coworking montréalais. Ici, une illustratrice de livres pour enfants côtoie un poète, un philosophe spécialiste du multimédia échange avec un consultant en communication et une rédactrice peut découvrir les rêves les plus fous d’un designer. « Cela crée des opportunités, explique Samantha avec enthousiasme, je suis convaincue qu’en étant membre d’ECTO, le travailleur autonome connaîtra davantage de succès professionnels car ici, réseautage, discussions et échanges sont favorisés ! ».

Au-delà des avantages indéniables qu’ECTO apporte aux travailleurs autonomes, la coop entend être actrice de la vie économique, démocratique et culturelle locale. L’espace de travail a ainsi été conçu par une designeuse habitant le quartier, et certains meubles ont été dessinés et élaborés par des artisans montréalais. ECTO accueille également le Café des connaissances et a été le lieu du dernier Yulcamp consacré à la culture alimentaire. Des 5 à 7 professionnels y sont aussi organisés par la CDEC Centre-Sud / Plateau Mont-Royal, partenaire privilégié de la coop.

On l’aura compris, ECTO est bien plus qu’un simple espace partagé de travail. Organisation d’économie sociale, elle contribue au dynamisme économique local et permet à des travailleurs autonomes de se consacrer plus sereinement et efficacement à leurs activités. En phase de démarrage, la coop a besoin de membres pour assurer à ses projets tout le succès qu’ils méritent. Alors, pourquoi n’iriez-vous pas vous installer confortablement dans les canapés d’ECTO pour envoyer votre prochain mail à votre client préféré ?


Pour en savoir plus…

Découvrez ECTO en images.

Visionnez un entretien avec Samantha Slade et Diane Ouellet, membres d’ECTO

Contactez ECTO :
http://ecto.coop
880 rue Roy Est
Montréal Québec H2L 1E6
info@ecto.coop
+1 514 564-8636
Pour s’y rendre

Coopératives, québec , ,